_65169606_telescopemilkyway

Les instruments

Acheter un instrument pour faire quoi, du visuel, de la photographie, les deux?

Les jumelles constituent l'instrument de base, quel astronome amateur n'a pas commencé avec des 7x50 (grossissant 7x pour un diamètre de 50mm)
Elles offrent une vision binoculaire qui donne une impression de relief, offrant un spectacle inoubliable de très grands champs, constellés d'étoiles.

Des jumelles de 15x70 ou 20x80 montées sur trépied (grossissant 20x pour un diamètre de 80mm) peuvent constituer un bon instrument principal pour les gens aimant voyager leger et amateur de grands champs stellaires.

Toujours pour ceux voulant s'affranchir du poids, une petite lunette (appelée aussi refracteur car munie de lentilles) de 80mm est un instrument remarquable, surtout si elle est apochromatique, s'est à dire dénuée de chromatisme. C'est un très bon instrument pour aborder la photo du ciel profond sur monture équatoriale (1); elle peut être d'ailleurs aussi utilisé en instrument diurne, pour l'ornithologie par exemple.
Au dessus de 80mm les lunettes commencent à devenir très chères mais présentent un piqué d'image incomparable, à réservé à l'amateur averti.

En ce qui concerne les téléscopes (ou reflecteurs, c'est à dire équipés de miroirs), plusieurs formules optiques cohabitent, le Newton qui peut être très abordable en terme de prix et qui lorsqu'il est bien règlé peut s'avèrer très plaisant à utiliser en visuel et en photographie et ce, aussi bien en ciel profond qu'en planétaire.

Pour les gens qui ne sont attirés que par le visuel, le Dobson qui est un newton sur monture simplifiée, est un vrai entonnoir à photon et d'un prix relativement raisonnable compte tenu du diamètre (en effet plus le diamètre est important, plus on capte de lumière). Un dobson de 200mm, constitue une bonne base pour aborder le visuel sereinement.

D'autres formules optiques assez courantes comme le Maksutov, le Schmidt Cassegrain peuvent aussi être envisagées, présentant une focale plus longue, ces telescopes sembleraient réservés plutôt au planétaire, néanmoins avec des occulaires à grandes focales (plus lourd et plus chers), ils recouvrent un peu de leur polyvalence. 
Employé par de nombreux astronomes amateurs en imagerie planétaire, le Schmidt peut voir sa focale réduite pour faire du ciel profond, mais la technique necessite malgré tout, de bonnes connaissances en astrophotographie.

Chaque instruments ayant ses spécificités, il est prèférable pour ne pas être déçu, de tester avant d'acheter, n'hésitez donc pas à venir nous rejoindre, lors de nos sorties afin de vous faire une petite idée.

(1) Une monture équatoriale comporte un axe parallèle à l'axe de rotation de la Terre et un second axe qui lui est perpendiculaire, dans le but de compenser la rotation de la Terre pour suivre un astre par exemple.

Si celle-ci est motorisée elle permet l'Astrophographie.

JPD